06/03/2015

cdH Gouvernement Wallon - Newsletter N°59 du 6 mars 2015

 

cdh_Parl_Wal.jpg

 

Chers amis, chères amies du cdH,

C'est une grande première en Wallonie : la semaine prochaine, nous aurons l'honneur et le plaisir de recevoir au Parlement wallon le Premier-Ministre du Grand-Duché de Luxembourg, Xavier Bettel. Il s'agit de la première visite d'un chef de gouvernement étranger dans notre assemblée régionale.

Cette rencontre s'opère dans le cadre de la présidence de la Wallonie à la Grande Région, avec André Antoine à la tête du Conseil Parlementaire Interrégional. Elle sera l'occasion pour le Parlement wallon de prendre pleinement part à des discussions animées sur la coopération transfrontalière qui associe notre Région, la FWB et la Communauté Germanophone au Luxembourg, aux Länder allemands de Sarre et de Rhénanie-Palatinat ainsi qu'à la région française de Lorraine.

Nous aborderons, entre autres, la thématique de la mobilité. Les flux quotidien de migrations transfrontalières sont en effet un enjeu essentiel pour la Grande Région, dont le positionnement sur des axes européens majeurs est extrêmement stratégique. Je ne doute pas que nos échanges seront des plus constructifs, et qu'ils contribueront à améliorer la mobilité de chacun au quotidien.

Bonne lecture,

Dimitri Fourny
Chef de Groupe cdH au Parlement wallon

 

 

 

 

» EUROPE

Plan Juncker : la Wallonie attend des clarifications avant d'investir

En novembre dernier, Jean-Claude Juncker présentait son plan de relance européen. La Commission européenne avait signalé qu'elle souhaitait que les premiers investissements puissent avoir lieu déjà à la mi-2015. Consciente de l'intérêt de ce plan pour la Région, Marie-Dominique Simonet a une nouvelle fois interpellé le Ministre-Président sur les options d'investissements de la Wallonie dans ce fonds.

Paul Magnette a évoqué « un plan aussi vague qu'apparemment ambitieux », expliquant qu'il a appris, dans un projet de règlement, la création de deux comités par la Commission. D'une part, un comité de pilotage qui décidera des orientations générales du fonds, composé des contributeurs financiers à ce dernier – Commission européenne et BEI. D'autre part, un comité d'investissement qui examinera les projets et décidera de leur éligibilité potentielle sans qu'aucun quota géographique ou sectoriel ne soit imposé. Ces points étant toujours en discussion, Paul Magnette a déclaré que « le Gouvernement wallon se positionnera sur l'opportunité de contribuer ou pas à ce fonds dès que nous connaîtrons les règles immédiates », insistant sur l'importance de savoir de quelle manière l'argent investi sera redistribué. Au niveau wallon, la réflexion est cependant engagée : le Ministre-Président a déclaré avoir rencontré le vice-président de la BEI le 9 février dernier.

Au-delà du plan Juncker, Paul Magnette a confié sa volonté de renforcer les liens entre la Wallonie et la Banque Européenne d'Investissement, « qui est un levier très important pour nous ». Marie-Dominique Simonet a salué le volontarisme du Ministre relativement à la BEI, « qui peut peut-être nous aider plus que, de prime à bord, nous pourrions l'imaginer ».

 

 

 

 

 

» POLITIQUE

Lutter contre le radicalisme à tous les niveaux de pouvoir

Les perquisitions qui ont été menées le 15 janvier dernier à Verviers ont renforcé la conviction selon laquelle les moyens verviétois de prévention, de présence dans les quartiers, de sensibilisation et d'actions dans et avec les écoles, mais aussi de moyens policiers, doivent impérativement être renforcés. C'est ce que Marie-Martine Schyns et les représentants politiques de la ville ont signalé dans un courrier adressé au Gouvernement wallon. Pour la Députée, le défi du radicalisme nécessite une réponse concertée entre les Gouvernements, les autorités judiciaires ou policières, les acteurs publics ou privés de l'éducation, de l'emploi, de la formation, de l'action sociale et de la santé.

En termes de prévention à Verviers, une des solutions envisagée consiste en la création d'une cellule anti radicalisme avec un point d'informations et de conseils, un psychologue et des acteurs sociaux. Pour Paul Furlan, « il s'agit de promouvoir l'intégration réelle des jeunes en voie de désaffiliation, notamment par l'emploi, la formation, le dialogue et de donner aux travailleurs de première ligne confrontés à cette problématique des outils leur permettant de prévenir et contenir ce phénomène ». Marie-Martine Schyns, bien que satisfaite par l'implication de Paul Furlan dans le dossier, a regretté que les politiques annoncées soient si généralistes : elle ne manquera pas de revenir vers le Ministre afin de savoir si des moyens ciblés vont être dégagés pour certaines grandes villes ou certains quartiers en particulier, avec des politiques vraiment ciblées.

 

 

 

 

 

» COMMERCE

Faciliter la transmission d'entreprise

La transmission d’entreprises est une opportunité de préserver voire de créer des emplois, dans les entreprises, qu’elles soient petites et moyennes (PME) ou très petites (TPE). « Nous devons y accorder la meilleure vigilance » a déclaré François Desquesnes à l’adresse du Ministre Marcourt en commission de l’économie. Afin de faciliter la transmission, des mesures ont été prises, notamment au niveau des droits de succession. Mais un important travail de sensibilisation et de facilitation doit également être entrepris.

François Desquesnes a à ce sujet salué la création par la SOWACCESS de la plateforme « affaires à suivre », créée à la demande du Ministre « en vue d'offrir un service de recherche de contreparties sur mesure pour les petits commerces de détail, l'HORECA, les professions libérales et les petites entreprises ». Jean-Claude Marcourt a ajouté que la SOWACCESS a la possibilité d'octroyer une subvention pour permettre aux petits commerçants de se faire accompagner par un professionnel agréé dans leurs démarches de vente de leur entreprise. François Desquesnes s’est réjoui de constater que la Région complète son dispositif pour répondre mieux encore aux besoins de l'ensemble des entreprises wallonnes, et espère que l’initiative se poursuivra.

 

 

 

 

 

Le saviez-vous?

Ce dimanche 8 mars, c’est la Journée de la Femme. L’occasion pour le Parlement wallon d’abriter ce vendredi une matinée d’étude sur le sujet. De nombreux intervenants, dont des associations de femmes, le Président du Parlement wallon, André Antoine, et le Ministre Maxime Prévot ont évoqué la place des femmes au cœur des politiques wallonnes. En outre,  le Gouvernement wallon a présenté son Plan Gender mainstreaming, « le Plan Genres », dont l’objectif stratégique est de renforcer l’égalité des femmes et des hommes dans la société.

Les commentaires sont fermés.